Valentin Neraudeau – Le Carré Rouge

Description

Description

Valentin Néraudeau, aujourd’hui 30 ans, a longtemps été l’enfant prodige de la cuisine toulousaine. Après bien des aventures, dont celle de Top Chef en 2012, il a lâché les fourneaux pour se consacrer à l’international en valorisant la cuisine française. S’il a su préserver sa gentillesse et son sens de la repartie, Valentin Néraudeau n’en reste pas moins un ambitieux brillant.

«N’oubliez pas de mettre dans votre article, mon adresse Facebook. C’est important». Valentin Néraudeau. Si son nom est un peu oublié des Toulousains, il a pourtant durant des années, marqué la planète gastronomique de la Ville rose. Plus jeune chef de sa génération, ce «Toulousain de cœur» comme il aime à se nommer, après avoir été meilleur apprenti en 2001, ouvre en 2006 à l’âge de 20 ans, Le Valentin son premier restaurant, rue Perchepinte. Un établissement inscrit dans une cave en briques aux lumières tamisées et à la carte déjà «prometteuse». En 2007, suit le Carré Rouge, son second restaurant dans le quartier des Carmes. Un lieu cosy et raffiné où les assiettes particulièrement élaborées attirent alors tous les gourmets de la ville. Viendra ensuite la Villa Margaux à Fumel dans le Lot et Garonne où commencent à poindre des idées de grandeur version Rastignac de la Comédie Humaine. Pourtant à l’époque, cet enfant prodige de la cuisine tenait en toute simplicité des propos alors emprunts d’une grande sagesse «Je ne veux pas brûler les étapes mais faire les choses bien et à leur rythme». Une époque avant Top Chef et ses lumières. En 2012, Valentin Néraudeau, sans rien avoir demandé, participe à cette émission de téléréalité culinaire sur M6. Aujourd’hui, il l’admet sans détours : «Je suis resté neuf semaines en prime time. Un sacré challenge et une expérience unique». Le jeune chef fait alors plusieurs Unes de journaux, passe sur une kyrielle de plateaux TV et ne cesse de donner son avis sur tout. «Ce type d’émission vous propulse star avant même que vous l’ayez envisagé. Je n’ai pas échappé à la règle».

Lorsque les lumières se sont éteintes, Valentin Néraudeau part alors à Paris faire l’ouverture du Bermuda Onion, un restaurant du 15e arrondissement de Paris, plutôt chic et pompeux. «J’ai stoppé le partenariat en juillet dernier». Sans regret apparemment. Et puis il y a l’aventure du magazine Têtu où le jeune chef fait son coming out, posant en couverture, bombant son torse musclé et étalant son sourire carnassier de dandy 21è siècle.

Pour dresser le bilan de sa jeune vie, Valentin Néraudeau est ce jour-là à Paris entre deux avions. Pressé, il dresse la liste de ses nombreuses activités pour 2015 : «Tous les matins, du lundi au vendredi, je suis sur France 2 à 9h30 pour animer C’est au programme, l’émission présentée par Sophie Davant. Durant quarante-cinq minutes, je propose des recettes en live et dispense des conseils culinaires». Il dit aussi qu’à la demande du ministère de l’agriculture, il travaille pour le Centre National Interprofessionnel de l’Économie du Lait (Cniel) basé à Paris pour faire la promotion des produits laitiers dans le monde entier dont l’Asie et les pays du Golfe (Dubai). «Je suis un peu l’ambassadeur de ces produits dits «nobles» distribués par de grandes sociétés laitières et souvent inconnus dans ces pays. Un travail prenant et passionnant». Il admet : «Je suis heureux. Je n’ai aucun regret. Je voyage et je m’oxygène la tête». Reviendra-t-il à Toulouse ? «C’est mon souhait le plus cher, bien sûr. Mais pour le moment je grandis. Je fais autre chose». Gros bosseur et féru de sport, Valentin Néraudeau a toujours peur de tomber dans les affres de l’ennui. Alors il pratique le sport à haute dose, comparant cette discipline à celle de la cuisine : «Pour atteindre son but, les efforts sont les mêmes». Valentin Néraudeau semble apaisé.

Son heure de gloire

En février 2013, en pleine effervescence de l’émission Top Chef, Valentin Néraudeau confiait : «Je ne le cache pas, les retombées sont énormes. Depuis deux semaines, les clients affluent au Carré Rouge. Ils parlent beaucoup de l’émission, font des photos avec moi. Mais je reste lucide. Les clients viennent pour mon savoir-faire culinaire mais aussi pour le candidat qu’ils ont envie de voir. La starisation n’est pas loin». (texte d’origine : www.ladepeche.fr)

 

Le Carré Rouge – 6 rue des Prêtres 31000 Toulouse

  • Menus et Prix

    Traditionnel, Classique – 35 €

 

Video

Video

Contact

Contact

Localisation

Valentin Neraudeau – Le Carré Rouge
ITINERAIRE

Contact

Valentin Neraudeau – Le Carré Rouge
  • By Service Clients
  • Email: contact@restaurants-des-chefs.fr



Events

Valentin Neraudeau – Le Carré Rouge
Aucun événement trouvé.

Ratings

Valentin Neraudeau – Le Carré Rouge

Total AVIS

0

0 Total
0.0%
 UA-62977962-1